Au commencement était le mont

La ballade dans la nature est la forme d’écotourisme la mieux partagée dans la région de l’Adamaoua. La raison est si simple avec ce paysage idyllique que seuls les amateurs d’écotourisme savent apprécier à leur juste valeur. Et dans le chef-lieu de la région château d’eau du Cameroun, un endroit exceptionnel comme tant d’autres offre tout l’essentiel pour pratiquer le trekking. Le mont Ngaoundéré. Cet endroit unique dont la signification en mboum, une langue locale, désigne simplement «la montagne au nombril ». Haut de ses 1100 mètres d’altitude, ce sommet qui surplombe la ville et que l’on peut apercevoir à une trentaine de kilomètres plus loin, possède de nombreux charmes.

D’abord ses nombreuses pierres disséminées çà et là sur le mont et perchées les unes au-dessus des autres, offrant par la même occasion des posters inédits. Des pierres qu’il faudra braver si on espère atteindre la cime. Ensuite, vient cette grotte cachée quelque part au sommet sous de volumineuses pierres qui s’imbriquent, formant par ailleurs une sorte de puzzle que la nature offre gracieusement aux amateurs d’écotourisme. Avec une superficie d’environ 25m2, l’accès se fait ici via un orifice, alors qu’une ouverture arrivée dans la grotte, permet de balayer toute la ville d’un léger regard. Pour témoigner de leur passage ici, de nombreux visiteurs choisissent même de laisser une trace. Des roches supportent des marques et autres graffitis griffonnés sur elles. Un souvenir qui leur permettra peut-être un jour lors d’une prochaine visite de se rappeler du dernier passage.

Puis va s’ajouter à ces atouts, des pistes qui serpentent au milieu d’arbustes et d’autres jeunes plantes clairsemées au-dessus du mont. Ce qui crée du coup une certaine harmonie. Ce savant mélange des éléments de la nature offre un paysage fabuleux approprié aux escapades que seuls les amateurs des loisirs et autres plaisirs savent apprécier comme il se doit. La montagne au nombril, c’est le lieu indiqué pour les amoureux des randonnées en montagnes de pratiquer une belle ballade qui va rester dans la mémoire. D’ailleurs, ce lieu attire de nombreux sportifs tous les weekends qui trouvent ici un endroit idéal pour la pratique du sport et de la détente. « Que c’est beau par ici. Surtout avec ce doux courant d’air qui passe, il y a de quoi motiver quelqu’un à revenir malgré toute la souffrance qu’il faut endurer pour atteindre cet endroit », reconnaît Christine K, une habitante de la ville qui arrive ici pour la première fois. Ce matin, l’affluence au sommet surprend. Des groupes de jeunes ont pris d’assaut le mont. Ils capturent des images du paysage et prennent des selfies qui leur permettront d’immortaliser leur passage.

Si le mont au nombril n’avait pas existé, Ngaoundéré porterait certainement un autre nom. A quelques dizaines de minutes seulement du centre-ville à moto ou en voiture, l’accès se fait sans souci sur une voie bitumée. Si la nature a tout offert à cet endroit unique de la réserve forestière de Ngaoundéré, au moins des efforts restent encore à fournir quant à l’aménagement de ce site afin d’offrir de nombreux autres services et plus de plaisirs aux visiteurs qui apprécient déjà bien l’endroit malgré la menace des habitations qui progressent sur tous les flancs de la montagne.

Derniers articles

Newsletter
Subscribe to our newsletter